Fin de soirée avec Sacha qui me demandait de lui parler de mon ami Gilles Marchal, disparu il y a maintenant 4 ans. ..


J'ai alors raconté l'ami, sa culture immense, son intelligence, sa manière d'être Libre, du refus qu'il avait de ce qui est "bourgeois" , trop facilement accepté sur le plan social. J'ai raconté la complicité, les soirées à refaire le monde, son humour, sa voix magnifique (que je lui ai fait écouter), ses livres. J'ai raconté l'absence que la vie nous avait imposée parce que pris par des ailleurs qui ne pouvaient se croiser et nos retrouvailles enfin près de 30 ans plus tard juste avant que ... 


Je suis triste et son absence me pèse. Ecrire sans l'avoir comme lecteur me parait aujourd'hui difficile car il avait cette manière de faire évoluer le débat avec forces anecdotes, toujours avec un humour décapant, parfois grinçant mais jamais méchant. C'était une belle personne et si je suis triste ce soir, je me dis que j'ai eu cette immense chance de croiser son chemin.


Dans quelques jours nous serons un peu plus proches de lui, sur le sol où il a posé ses pas et c'est bien que je puisse aller lui rendre visite là où il repose.

Maisons sans visages Gilles Marchal ..