Alias Clory

16 septembre 2017

Plaisirs simples

Un moment parfait.

Ce temps monotone qui invite à ce moment paresseux, moelleux, calme et empreint de sérénité.

C. s'est assoupie sur le divan tandis que N. joue tranquillement avec son nouveau garage. Les chats s'évitent et dorment chacun sur un fauteuil.

L'odeur de la potée qui mijote, le silence et ce temps suspendu dans le bonheur d'être seulement ensemble, paisibles et abandonnés.

J'ai presque envie de citer Lamartine: "ö temps, suspends ton vol" ...

Posté par clory_b à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


30 juillet 2017

Gilles Marchal

Fin de soirée avec Sacha qui me demandait de lui parler de mon ami Gilles Marchal, disparu il y a maintenant 4 ans. ..


J'ai alors raconté l'ami, sa culture immense, son intelligence, sa manière d'être Libre, du refus qu'il avait de ce qui est "bourgeois" , trop facilement accepté sur le plan social. J'ai raconté la complicité, les soirées à refaire le monde, son humour, sa voix magnifique (que je lui ai fait écouter), ses livres. J'ai raconté l'absence que la vie nous avait imposée parce que pris par des ailleurs qui ne pouvaient se croiser et nos retrouvailles enfin près de 30 ans plus tard juste avant que ... 


Je suis triste et son absence me pèse. Ecrire sans l'avoir comme lecteur me parait aujourd'hui difficile car il avait cette manière de faire évoluer le débat avec forces anecdotes, toujours avec un humour décapant, parfois grinçant mais jamais méchant. C'était une belle personne et si je suis triste ce soir, je me dis que j'ai eu cette immense chance de croiser son chemin.


Dans quelques jours nous serons un peu plus proches de lui, sur le sol où il a posé ses pas et c'est bien que je puisse aller lui rendre visite là où il repose.

Maisons sans visages Gilles Marchal ..

Posté par clory_b à 02:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2017

Parents et dépendance(s)

Hummm,trois ans que je n'ai pas écrit une ligne ... et quatre ans en septembre que je suis toujours au service de mes parents.

Qu'on se le dise : s'engager dans cette voie de l'aide à nos parents âgés n'est pas une sinécure. Personnellement, quand, en septembre 2013 j'ai dû prendre les miens en charge 'parce que je disposais d'une maison avec un accès direct' (traduire plain-pied), j'étais loin de m'imaginer que je signais pour X années.

Rien n'est simple dans l'exercice. Vous y laissez votre travail, vos habitudes, vos amis, vos vacances, votre couple si vous êtes deux, votre tranquillité d'esprit, pour vous consacrer à un service room 24h/24h.

Ajoutez à cela la gestion d'un stress permanent, les heures passées chez les médecins, à l'hôpital, aux urgences, la préparation des médicaments (qui changent tout le temps), la surveillance médicale at home, les menus adaptés, les remarques du genre 'moi je ne cuisinais pas ça comme ça' ... et vous aurez, sans aucun doute, tout comme moi, des envies de dénicher enfin la recette du bouillon de 11 heures pm.

Parce que la personne âgée est capricieuse et qu'elle n'aime pas sortir de ses habitudes. Si vous évoquez la maison de retraite, vous aurez droit à une mine déconfite, des yeux larmoyants, une petite remarque du genre : 'quand tu étais petit(e), on s'occupait bien de toi' ... histoire de bien vous faire culpabiliser.

Quant à la fratrie ... si comme moi vous avez la chance inouie d'être la seule fille flanquée de deux frangins, n'attendez aucune aide de leur part. C'est, comme par hasard, toujours à la femme qu'échoit le rôle de se coltiner les corvées ... surtout celle-là.

Alors oui, il y a des solutions .... qui sont toutes refusées ! "Quoi la maison de retraite ??? Tu veux nous abandonner, nous faire mourir plus vite"  (ben j'y pense bien un peu même si ce n'est pas très chrétien mais bon ...). Quoi, tu veux nous faire garder par une qui ne saura pas faire ? (de toute manière personne ne trouvera grâce à vos yeux) ; Aller chez ton frère ?? Ton père ne supportera pas le voyage ! (m'en fiche !).

 

J'ai juste envie de dire : c'est quoi ce bordel ???? Est-ce vraiment le rôle des enfants d'assister ainsi leurs parents, de sacrifier leur vie (enfin les années qui restent hein parce qu'on est plus tout jeune non plus). C'est quoi la solution ? Peut-être de ne pas culpabiliser devant leur mine déconfite à la moindre contrariété, prendre de la distance, être raisonnable plutôt que raisonné.

J'aimerai bien quelques témoignages car je présume que je ne suis ni la première et sûrement pas la dernière à vivre 'entre parent(s) thèse' ...

 

Posté par clory_b à 01:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 septembre 2014

Lire encore et toujours !

Vaste entreprise que de nettoyer chaque ouvrage de sa bibliothèque ... Mais quel plaisir de retrouver certains d'entre eux, de ressentir encore les émotions qu'ils ont pu procurer ... Revoir les annotations, parcourir un passage ... Bref, cela m'aura pris l'après-midi mais quel plaisir d'avoir pu faire de la place pour accueillir les derniers livres achetés et ceux à venir ... Lire restera toujours mon plus grand plaisir.

Posté par clory_b à 19:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juin 2014

Apéro Pétanque !

 

PETANQUE

Vous voilà, pieds en canard, le flex du genou souple, les yeux plissés déviant les rayons du soleil. C'est bon, avec votre style cochonnet 2014, vous allez pouvoir chiquer d’la boule aux apéros de la pétanque.

Mettez les voiles au boulodrome Léo Lagrange, à la porte de Charenton, pour un apéro champêtre aux accents du sud. Nicolas et ses compères vous attendent l'espadrille ferme. Ajustez votre tir parce qu’entre pétanque, Ricard et barbeuc’, le programme est chargé. Montez votre équipe de 3, filez à la guinguette récupérer votre triplette et initiez-vous aux subtilités pétanquesques. Oh le palouf ! Tu devrais tenter une rétropissette ! (comprenez : tu tires trop court, tu devrais pointer pour éviter les irrégularités du terrain). Alors, vous êtes pas calé pépouze là ?

Les Apéros de la Pétanque, tous les jeudis, jusqu’en Septembre, au Boulodrome Léo Lagrange, accès par la route des fortifications, de 18h à 1h, métro Porte de Charenton. Boules de pétanque gratuites. Pinte : 6€, Ricard : 3€, bouteille de blanc/rosé : 16. Et en plus, la coupe du monde est diffusée !

Posté par clory_b à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 mai 2014

Les grandes gueules

La salle d'attente est bondée. Chacun prend son mal en patience quant arrive une femme qui commence déjà par pousser un gros soupir de désolation en comptant mentalement le temps qu'elle devra passer à attendre son tour.

Jusque là, rien que de bien normal mais, avez-vous remarqué que systématiquement, dans quelque salle d'attente que ce soit, il y en a toujours un(e) qui va se lancer dans un discours critique, prend à partie toutes les personnes présentes pour incrimer le pauvre médecin qui, décidément, passe trop de temps avec ses patients, qui va vous interroger sur votre pathologie, classifier les urgences relatives et vous raconter sa vie par le menu.

Perso, je ne supporte pas ce type d'iindividu, grande gueule, souvent à la limite du vulgaire et d'une effronterie à faire peur.

Au moment où, après nous avoir bassiné pendant près de 45 minutes elle redit qu'elle ne va pas rester, nous lui avons tous demandé de ne pas se faire de mal et de revenir un autre jour ! Marrant, elle s'est tu et à conservé sa place.

Tout ce cirque pour ça ??

Posté par clory_b à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 mars 2014

Les "Fines Bouches" à Metz

Envie de goûter au sublime ? Envie de dénicher le nec plus ultra en matière de gastronomie ?

N'hésitez plus, une Epicerie fine vient d'ouvrir ses portes au 12, rue Lafontaine à Metz. Frédéric, le maître des lieux, saura vous recevoir avec gentillesse, professionnalisme et ...comme des princes !

Foncez-y, c'est beau, c'est bon, c'est pour vous !

FINES BOUCHES

 

Posté par clory_b à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mars 2014

ETRE UNE FEMME : UNE CHANCE !

A deux jours de la Journée de la femme, je vous propose un livre intelligent, sensible, responsable et d'une parfaite lucidité.
 
Pour les parisiens, une rencontre-signature avec l'auteur Fanny E. Kowal à
l'Espace Harmattan - 21 bis rue des Ecoles (M° Maubert Mutualité), 75005, Paris, France
tel. 01 43 29 49 42

ÊTRE FEMME : UNE CHANCE !
Quelle stratégie pour une vraie égalité ?
Fanny E.KOWAL
 
La place des femmes est devenue à travers le monde un véritable défi si ce n'est un enjeu stratégique. Alors que l'égalité en droit des hommes et des femmes est formellement actée, la preuve étant faite que tous les êtres humains ont les mêmes capacités, il persiste néanmoins un certain désenchantement chez nombre de femmes. Pour réussir, celles-ci, ont dû souvent se mouler et se voir au travers du seul prisme masculin et en fonction de leurs critères et de leurs valeurs.

(Coll. Intelligence stratégique et géostratégie)

Brassens à l'honneur !!

Nous les avions croisés lors d'une soirée parisienne et nous avions été enchantées par cette petite formation Jazz dont la chanteuse nous a totalement séduites. Aujourd'hui ils se produisent dans un nouveau spectacle dédié à Georges Brassens et je ne doute pas un seul instant de la qualité d'interprétation des fabuleux textes de cet artiste qui, je le crois sincèrement, est cher à notre coeur.

Alors, si le vôtre vous en dit ... N'hésitez pas à réserver vos places dès à présent pour ces trois soirées exceptionnelles :

Brassens

Posté par clory_b à 01:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 février 2014

3 spectacles à voir absolument !

théâtre2

Les pièces de théâtre, c'est comme les rencards : au bout de deux minutes on sait si ça valait le coup d'y aller. Sauf que c'est trop tard pour s'enfuir. C'est pour ça qu'on vous a choisi 3 pépites, parmi les 200 spectacles parisiens actuels.

- Autant vous prévenir, Mangez-le si vous voulez,  n'est pas une pièce rose-bonbon. C'est une histoire vraie et insoutenable interprétée de manière magnifique. C'était LA pièce à voir l'été dernier au Festival d'Avignon. C'est LA pièce à voir cette année à Paris. État de sortie : soufflé.

- Léonor et Flor, deux anciennes chroniqueuses de France Inter, sont surtout de sacrées obsédées textuelles : à L'Européen, dans Déshabillez mots, elles interviewent des mots. Paresse, sympathie, érection... Tous les mots y passent. Etat de sortie : inspiré.

- Un ovni s'est posé au Centquatre : De nos jours, c'est un hybride entre le cirque et le théâtre, mais c'est surtout 4 acrobates-acteurs-danseurs insolents de génie qui jouent en accéléré 80 scènes de vie. Etat de sortie : bluffé.

Posté par clory_b à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,